Port Saint-Thibault, bateaux ciel nuageux

Au début du XIXe siècle, Saint Léger des Vignes est un gros bourg très commerçant, très actif: il le doit surtout à sa position géographique exceptionnelle, au bord de la Loire, et de l'Aron, à proximité de Decize pour l'extraction du sable qui sert aux constructions et à la fabrication du verre et de La Machine pour l'extraction en sous sol du charbon de terre (houille). L'activité industrielle est très importante et les voies d'eau permettent l'expédition des marchandises par bateaux. Dès l'achèvement du Canal du Nivernais en 1843, le passage des bateaux devient intense. A cette époque la commune de Saint Léger des Vignes possède deux ports destinés à la réception et  l'expédition de marchandises: le Port de la Charbonnière et le Port Saint Thibault.

Le Port de la Charbonnière perdit de son importance à partir de 1860, date à laquelle le charbon de la cité minière voisine fût transporté par un petit train jusqu'au port de La Copine situé à Champvert.

       carte postale Port Saint Thibault

Le Port Saint Thibault situé à 500 mètres en amont du port de la Charbonnière prit de plus en plus d'importance. On y entreposait les différents matériaux et marchandises: le blé, le bois, les traverses de chemin de fer, les carreaux et les briques, les tuiles et le plâtre fabriqués dans la commune...

Aujourd'hui ce port est devenu une halte nautique réputée sur tout le linéaire du Canal du Nivernais avec son port de plaisance et son aire de repos. La Commune de Saint-Léger des Vignes a innové en installant des bornes d'alimentation en eau et électricité pour les plaisanciers, qui fonctionnent grâce à des cartes magnétiques. Ce système devrait être pérennisé tout le long du Canal.

bornes.jpeg

        

  Au Port Saint Thibault vous pourrez découvrir la Cale Sèche, c'est à dire un bassin où l'on peut vider l'eau et mettre le bateau à sec pour procéder à son entretien ou à la réparation de sa coque, ainsi que la première des 110 écluses que compte le Canal du Nivernais.